Guide de la Cité du Vatican pour touristes et pèlerins

Les chefs-d’œuvre du Vatican : La Pietà de Michel-Ange

Vatican lieux d'intérêt 0 489
La Pietà de Michel-Ange

Parmi toutes les raisons pour visiter la Basilique Saint-Pierre, l’une des choses qui attire plus particulièrement est de contempler l’impressionnante sculpture de Michel-Ange, la Pietà. Elle est considérée comme l’une des œuvres majeures de la renaissance italienne et qui a permis à un jeune sculpteur de seulement 21 ans, récemment arrivé à Rome, à se consacrer la plupart de son temps comme un maître des dimensions universelles et en commençant une carrière artistique dont il réalisa plusieurs ouvrages qui sont encore de nos jours les plus grands joyaux de l’art.

Emplacement

La sculpture peut être contemplée librement à l’intérieur de la Basilique, dans la première chapelle en entrant sur votre droite, entre la Porte Sainte et l’Autel de Saint-Sébastien, protégée derrière une vitre blindée.

Ce que représente

La pietà représente le thème biblique de la « Vierge douloureuse » tenant sur ses genoux le corps de Jésus descendu de la croix, avant d’être déposé dans son tombeau. Cette intensité dramatique s’efface devant la douceur, la sérénité et l’humanité de cette représentation, une œuvre d’une grande virtuosité et un mélange entre la beauté païenne et religieuse.

Le Vierge Marie représente une image particulièrement jeune, dont certains l’ont critiqué pour être irréel que Jésus âgée de 33 ans soit presque beaucoup plus vieux que sa mère. L’auteur a donc défendu cette vision de Marie comme un résultat de sa virginité en conservant sa délicate pureté d’une manière plus prolongée : « La mère devait être jeune, plus jeune que son fils pour paraître éternellement vierge, tandis que son fils, qui a pris notre nature humaine, doit-être, dans le dépouillement de la mort, un homme comme les autres ».

Et de plus elle possède des proportions plus importantes que celles de son fils, de telle manière que si les deux se mettaient debout côte à côte, la Vierge serait largement beaucoup plus grande. L’ensemble est profilé sous une structure pyramidale reposant sur la pierre du Mont Golgotha, au sommet le visage de Marie est mis en valeur et le corps de jésus formant un S oblique s’équilibre avec le reste de la sculpture.

Les détails majestueux et symboliques à prendre en compte

– L’image du Christ n’exprime aucun signe de souffrance et celui de la Vierge aucune tristesse. Car Michel-Ange ne voulait pas représenter la mort mais plutôt la sérénité et l’abandon du défunt.

– L’œuvre est le résultat d’une commande faite par le cardinal français Jean Bilhères de Lagraulas au jeune sculpteur florentin pour orner le monument funéraire en mémoire du roi défunt Charles VIII.

– L’un des éléments les plus remarquables de la sculpture est le travaille réalisé dans la pierre pour représenter le manteau et l’habit qui couvre la Vierge. La maîtrise majestueuse de la sculpture en marbre efface minutieusement la matière pierreuse qui nous donne l’impression d’être une soie naturelle.

– Il s’agit de l’unique sculpture où se trouve la signature gravée par Michel-Ange lui-même. Un jour l’artiste surprend une conversation de certains visiteurs qui admiraient son œuvre mais qui l’attribuaient à autre artiste. Alors le jeune et orgueilleux Michel-Ange, profondément blessé par cette absence de reconnaissance, il sculpte un ruban sur la poitrine de la Vierge avec l’inscription de son nom en latin : MICHAL ANGELUS BONAROTUS FLORENT FACIEBAT. L’auteur s’est repenti de cette action et il décida de ne plus jamais signé aucune de ses sculptures.

– Les images sont idéalisées, parfaites et presque divines, en offrant un immense contraste avec l’effet dramatique de la scène. L’auteur a voulu mettre en avant les idéaux platoniques de la divinité et souligner ce caractère dans l’image du Christ, dont le corps ne soit pas en contact direct avec la Vierge mais seulement au moyen de tissus.

– Michel-Ange avait commenté que le bloc de marbre de Carrare utilisé pour cette ouvrage était le meilleur avec lequel il avait travaillé durant sa carrière artistique. Et c’est sans doute la raison pour laquelle « La Pietà » soit la sculpture la mieux polie avec une finition parfaite.

Curiosités

La sculpture a été détériorée durant son histoire à deux reprises : l’une par un déplacement réalisé au XVIIIème siècle et l’autre beaucoup plus grave par un acte de vandalisme au XXème siècle précisément dans les années 70, dans lequel un homme déséquilibré avait attaqué l’œuvre à coups de marteau en abimant complètement le visage de la Vierge et les mains.

La sculpture a été déplacée à New-York pour l’exposition universelle de 1964-1965, en devenant une grande annonce publicitaire pour visiter le Pavillon du Vatican.

Évaluez cet article

Avez-vous aimé cette histoire? Vous pouvez noter de 1 à 5. Nous vous remercions de votre contribution!

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 évaluations, moyen: 4,50 sur 5)
Loading...

Note del Editeur

  • Note
  • Score total

Note del utilisateur

  • Note
  • Score total

Articles récents

Laisser une réponse

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Votre hôtel à Rome

Payez a l'hotel!

Date d'arrivée

calendar

Date de départ

calendar

Serveur securise
Meilleur Tarif garanti

Toutes les visites et activités

La Cène de Léonard de Vinci

Liens intéressants

Le Vatican en Google+

A propos

Notre site est un guide du Vatican, pour touristes et pèlerins. Nous offrons des informations sur les principales attractions, visites guidées, conseils et plus encore.

Le Vatican sur les réseaux sociaux

Contactez-nous

VisterleVatican.com
Getyourguide / Booking affiliate partner.
Le plus complet guide touristique du Vatican
info@vaticancityguide.org